OUVERTURE DE SORBBRIDGE

Viens écrire un petit mot sur le sujet Bazzart pour faire connaître ton amour pour SB -ou pas


N'hésite surtout pas à commenter cette première version over here. Un commentaire = un pet de lama puant.


vote pour ton lama squad préféré






 

RECRUTEMENT STAFF ICI ET ICI ET LA


 :: CITIES :: Cambridge of my heart :: Trinity Street Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

shape of you (mathouis)

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Messages : 107
Date d'arrivée : 05/03/2017
© : dark dreams
Âge : 22
Études : en justice.
Mer 8 Mar - 19:27
- shape of you -
mathilde & louis
Tu viens juste d'arriver à l'appart. Mathilde n'est pas là. Tu soupires de soulagement. Rapidement, tu mets une pizza à chauffer avant d'aller te rouler un joint dans le séjour. T'avais besoin d'oublier quelques instants, de te poser et te détendre. La pression de ton père devenait de plus en plus étouffante d'autant plus que les professeurs de Cambridge attendaient beaucoup de toi au vue de ton dossier scolaire. Alors que tu l'allumes et que tu commences à fumer, tu repenses à ce soir-là, à Mathilde puis à Solène.Tu humes la fumée sans réellement faire attention au temps qui passe. Tes pensées dérivent et Mathilde était la principale cause de cette dérive. Tu revoyais encore les images de cette nuit, son corps, son sourire. Depuis ce moment là, tu repensais souvent à elle, inconsciemment. T'avais aimé. En dépit de tout, des distances que tu prenais avec elle, ce soir-là, t'avais baissé ta garde. Et le pire dans tout ça, c'est que t'avais adoré. Adoré au point de vouloir recommencer. Quelque chose clochait. Et ça t'agaçait. Tu n'aimais pas l'effet qu'elle avait sur toi à cet instant. Tu soupires. La sonnerie du four permet de te ramener à la réalité. Tu finis et écrases ton joint avant de retourner dans la cuisine. Pizza chaude, pizza savoureuse. Rien que l'odeur te donnait envie. T'étais content de ce petit tête à tête et une fois le ventre rempli tu rejoignis la salle de bain afin d'évacuer. L'eau chaude sur ta peau, le jet d'eau en guise de masseur, tu étais bien. L'argent de ton père et des parents de Mathilde avait permis d'acquérir un appartement plutôt sympathique, à l'image de votre fortune respectif. La douche terminait, tu t’essuies un peu avant d'enfiler un caleçon et de quitter la pièce. Voyant que Mathilde ne rentrait pas, tu ne pris pas la peine de t'habiller lorsque tu retournas au séjour pour venir regarder la télé. Sauf qu'au même moment la porte claque, ta tête tourne et évidemment tu croises son regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Messages : 125
Date d'arrivée : 05/03/2017
© : nephilim. (av)
Âge : 21
Habitation : habite avec louis
Études : étude de droit (l3)
Mer 8 Mar - 22:07
- shape of you -
mathilde & louis
C'était la fin de la journée, une libération pour la jeune femme. Au vu de son dossier scolaire, les professeurs attendaient à ce que Mathilde soit excellente. Au moins, ici, Mathilde pouvait lâcher prise. Travailler un peu moins, profiter plus de sa jeunesse. Être elle-même. La Rosnay soupira avant de se diriger chez un ami, parce que Mathilde ne voulait pas rentrer. Elle voulait tout oublier. L'école, l'appel qu'elle avait reçu de ses parents, Louis. Pendant un petit moment, Mathilde voulait s'évader. Se roulant un joint, la rouquine resta deux bonnes heures, tranquilles. Cependant, la rousse ne put s'empêcher de penser à Louis, et ce malgré que sa tête lui criait d'oublier. Elle n'arrivait pas, chaque caresse, chaque baiser lui revenait en tête. Les images ne cessaient de ressasser cette nuit en boucle. Louis, il avait réveillé quelque chose en lui. Un sentiment qu'elle n'avait jamais ressenti. Et ça l'énervait, parce qu'elle n'avait pas envie de ressentir le moindre truc pour Louis, la Mathilde. La Vaugiraud se souvient trop bien à quel point sa meilleure l'avait aimé, elle sait qu'il a une place spéciale dans le cœur de Solène. Mathilde ne pouvait pas faire ça à sa meilleure amie. La Rosnay n'avait pas le droit d'avoir apprécié cette nuit avec lui.
Secouant la tête, Mathilde entra dans son appartement, en claquant la porte de l'appart. Grâce à l'argent des Vaugiraud-Rosnay et du père de Louis, les deux avaient un appartement assez cosy. Un appartement qui reflétait le niveau de vie des jeunes gens. Bref, alors qu'elle s'apprêtait à s'étaler sur le canapé, comme à son habitude, la rousse fut surprise de voir son colocataire, avec seulement un caleçon. Mathilde détourna le regard, agacée. Certes, elle l'avait déjà vu dans son plus simple appareil, mais Mathilde n'avait pas besoin de voir son corps de rêve. Elle n'avait pas besoin d'être tentée. - Tu pourrais au moins t'habiller, tu sais ? T'es pas tout seul dans cet appart. - grogna la Rosnay, agacée. Posant ses affaires au sol, Mathilde prit son paquet de cigarettes, mais aussi ses affaires pour rouler, et son herbe qu'elle posa sur le comptoir. L'artiste prit également son carnet de croquis et un crayon, qu'elle posa également. Mathilde se réchauffa un plat préparé, et s'assit sur sa chaise. Allumant une cigarette, la Rosnay haussa un sourcil en voyant que Louis n'avait toujours pas bougé. - Tu comptes t'habiller ou quoi ? - soupira Mathilde, en tirant sur sa cigarette.


{i'm in love with the shape of you, we push and pull like a magnet do although my heart is falling too. i'm in love with your body}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Messages : 107
Date d'arrivée : 05/03/2017
© : dark dreams
Âge : 22
Études : en justice.
Jeu 9 Mar - 19:48
- shape of you -
mathilde & louis
elle était rentrée. t'avais cru qu'elle ne voulait plus venir avec toi ici. et avec ce qu'il s'était passé. mais finalement elle était là. t'avais évidemment le droit à un petit commentaire de sa part ce qui te fit soupirer. c'est bon lâche moi râles-tu. cette situation te faisait chier. depuis le début. te retrouver dans le même appart qu'elle. juste pour apprendre à vous connaître. mais à cause d'elle, tu ne pouvais pas vivre. toujours à faire attention à ce que tu devais. si tu prenais des choses illicites, t'étais sûre qu'elle te balancerait. au moins ça lui permettrait sûrement de briser ce foutu contrat mais toi, tu ne te retrouverais pas dans une bonne situation. alors dans le pire des cas, tu l'épouserais et tu divorcerais après. d'autant plus que vous aviez pris de l'avance : la nuit de prénuptiale avait été accompli avec succès. à écouter tes conneries tu rigolas. légèrement. tu ne voulais pas que ta colocataire te prenne pour un tarée. alors qu'elle était encore dans la cuisine elle te balança encore une remarque. tu tournes la tête, arquant un sourcil. c'est pas comme si ça t'avait déplu la fois dernière. là, tu lâchais une bombe. un malaise. et comme t'étais con, tu continuas, prenant alors une voix féminine tu l'imites. anh louis c'est si bon. ton regard provocateur était plongé dans le sien. ok, t'étais un vrai connard. mais qu'est-ce que tu te régalais dans ce rôle. alors que tu la laissais digérais tes propos, tu te levas pour te diriger dans la même pièce qu'elle. non, t'allais pas lui faire l'amour sur le comptoir pour apaiser les tensions. t'allais simplement te servir d'un verre d'alcool. puis bon, juste parce que tu aimais son regard sur ton corps, tu prenais un malin plaisir à rester ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Messages : 125
Date d'arrivée : 05/03/2017
© : nephilim. (av)
Âge : 21
Habitation : habite avec louis
Études : étude de droit (l3)
Jeu 9 Mar - 21:18
- shape of you -
mathilde & louis
 Tout compte fait, Mathilde n'aurait pas dû rentrer. Elle aurait dû tout simplement quitter cet appartement maudit, et au diable ses parents. C'était bien facile pour eux de la coller avec un mec pareil. Déjà qu'elle ne pouvait plus vivre tranquille, comme avant, fallait un plus qu'elle supporte un connard pareil. Louis demande (ou plutôt aboie) à Mathilde de le lâcher. La Rosnay leva les yeux au ciel, agacée par le comportement de Louis. C'était bien sa veine de tomber sur un mec pareil. Le seul réconfort que Mathilde pouvait en tirer était qu'au moins, elle pouvait se débarrasser de lui. Ils se fiancent, et Mathilde le pousse à bout pour qu'il abandonne à la fin. Comme ça, la jeune femme avait toujours cette image de fille parfaite, ses parents continueraient à lui donner des sous et enfin, Mathilde pourrait retrouver sa vie d'avant. Alors que le jeune homme se mit à rigoler légèrement, la française se disait qu'il était réellement timbré. Mathilde décida de ne pas y prêter attention, continuant à fumer sa cigarette. Le Nevers répondit à son autre remarque, que la dernière, ça ne l'avait pas dérangé. Certes, Mathilde avait apprécié cette nuit, mais l'attitude de connard de base de Louis la rebutait. Elle ne comprenait pas. Une partie d'elle voulait savoir, une autre préférait rester ignorante. Sortant son plat du micro-onde, l'imitation (pathétique) que faisait Louis l'énerva au plus haut point. Mais elle ne voulait pas lui montrer, il ne le méritait pas. Pas avec son attitude. L'étudiante posa son plat sur la table. Elle mima une moue compatissante. - Ça allez, pas mauvais mais pas exceptionnel non plus. J'ai juste voulu faire plaisir à ton ego. La simulation, c'est mon domaine de prédilection. - Mathilde se contenta de picorer dans son plat, le regardant d'un faussement innocent. Louis se leva ensuite, pour prendre un verre d'alcool. Inconsciemment, la rousse ne put s'empêcher de regarder son corps. Un corps bien sculpté, un corps parfait dont Mathilde avait pris plaisir à caresser. Mais elle n'allait pas l'avouer, il ne pouvait pas gagner. - D'ailleurs, j'ai vu un mec tout à l'heure. Et pour tout te dire, j'ai vraiment pris mon pied. Et autant dire qu'en comparaison, t'es un petit rigolo. - lâcha Mathilde, comme si c'était un secret. Elle savait que les hommes avaient des egos énormes, et même si c'était en vain, bon dieu ça faisait du bien de lui renvoyer sa colère en pleine tronche.  


{i'm in love with the shape of you, we push and pull like a magnet do although my heart is falling too. i'm in love with your body}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Messages : 107
Date d'arrivée : 05/03/2017
© : dark dreams
Âge : 22
Études : en justice.
Ven 10 Mar - 20:20
- shape of you -
mathilde & louis
tu l'as provoqué. comme un gamin. t'avais voulu joué. mais évidemment elle ne répondait pas. de toute manière t'avais pas envie de l'entendre. enfin pas dans ces circonstances là. peut-être, si elle était dans ton lit, allongée sous ton corps, éventuellement, tu aurais apprécié l'entendre. là, ce n'était pas le cas. mais tu t'y attendais, elle l'avait ouvert. tu soupires. tu lèves les yeux au ciel. tu n'en croyais pas un mot. son corps ne simulait pas. m'enfin. si elle ne voulait pas l'admettre, tu t'en fichais. toi t'avais pris ton pied. tu l'écoutais encore. là, elle piqua ton orgueil. d'où elle avait été voir un gars. elle se croyait où ? puis merde. rien que l'idée qu'un autre ait pu se satisfaire d'elle, ait pu voir son corps, ça te rendait fou. au point que tu finis ton verre d'une traître. ok, elle pouvait dire que t'étais minable au lit mais pas qu'elle aille voir d'autres mecs. ça te rendait dingue. sans vraiment comprendre pourquoi. pourtant, elle n'était rien pour toi. juste une histoire d'une nuit. une colocataire indésirée. une future épouse loin de l'être. ton regard était froid. les jointures de tes mains blanches. en quelques secondes à peine tu te retrouvas près d'elle. tu lui attrapes la cigarette qu'elle se fumait avant de fumer à ton tour. d'une voix calme tu lui ordonnes : dégage. t'étais énervée. elle devait sans doute croire qu'elle avait gagné, qu'elle avait réussi à te saouler. ouais. ton visage ne montrait aucune émotion. tu la regardais droit dans les yeux. défiant ainsi sa réaction. tu ne pris aucune gêne à finir sa cigarette et l'écraser devant elle. les salopes n'ont pas leur place ici. toujours d'une neutralité déstabilisante. t'avais aucune pitié aucun regret. tu voulais juste qu'elle parte. sauf que c'était son appart. sa présence était légitime. tu soupires. foutue contrat. tu t'approches d'elle, cette fois, t'étais derrière elle. ton visage s'approche de son corps et doucement tu murmures : fais attention à toi et à tes mensonges mathilde. je te rappelle qu'on m'a inculpé pour avoir abuser d'une fille. joue pas à ce jeu avec moi. t'étais complètement taré. au moins si tu voulais qu'elle te déteste alors là, tu avais toutes les chances de ton côté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Messages : 125
Date d'arrivée : 05/03/2017
© : nephilim. (av)
Âge : 21
Habitation : habite avec louis
Études : étude de droit (l3)
Sam 11 Mar - 12:29
- shape of you -
mathilde & louis
L'attitude de Louis la révulsait. Elle ne comprenait pas, pas après qu'elle ait entendu Solène parler de Louis. Un bon gars disait-elle, une arnaque ouais. Après ses dernières paroles, son colocataire finit son verre d'une traite, alors que son regard devint froid. La rousse pouvait voir les jointures de Louis devenir blanches. Elle avait gagné, une petite victoire mais, c'était déjà ça, de gagner. Violemment, Louis lui arracha sa cigarette des mains en lui ordonnant de dégager. La blague, c'était ses parents (en partie) qui payait son appart. C'était pas un gars comme lui qui allait la faire bouger. Commençant distraitement à dessiner, Mathilde voulait lui signifier qu'elle en avait rien à faire. Qu'il pouvait aller se faire voir. La jeune femme continua à l'ignorer, même s'il la traitait de salope. C'était blessant, mine de rien. Et elle ne savait pas pourquoi, Mathilde s'en fichait de lui. Si elle continuait à le supporter, c'est uniquement pour ses parents, pour l'argent qu'on lui donner se disait-elle. Continuant de l'ignorer, simulant que ses paroles ne lui faisaient rien, Mathilde se concentra sur son dessin. La rouquine ne voulait pas l'écouter, elle voulait qu'il se sente inexistant. Louis s'approche d'elle, et Mathilde pouvait sentir le souffle du Nevers dans sa nuque. Elle était déstabilisée,secouée mais, elle ne devait pas le montrer. Louis te murmura à l'oreille à propos de son passé. De la raison pour laquelle il avait été inculpé. Son sang se glaça pendant quelques secondes. Il n'était pas sérieux ? Ou alors il était malade ? Mathilde ne savait pas, il était peut-être les deux. Mathilde soupira, il voulait jouer au connard de base ? Très bien. Fallait juste assumer derrière. Elle se retourna rapidement. Les visages de Louis et Mathilde n'étaient séparé que par quelques centimètres.  - Premièrement, si les salopes n'avaient pas de place, tu serais dehors depuis longtemps, mon gars. Deuxièmement, fais-toi plaisir. Peut-être que je pourrais enfin me débarrasser de toi. Après tout, on croit plutôt la fille respectable, a l'image parfaite, et surtout, fille d'un candidat à la présidentielle très respecté, plutôt qu'un ex-taulard, non ? - demanda faussement interrogative Mathilde. Cette dernière se leva, s'éloignant un peu de Louis puis se servit un verre. Observant le fond de son verre, la Vaugiraud n'avait pas fini. - Avec une attitude pareil, on se demande bien pourquoi ta mère a préféré quitter sa famille. Ou bien pourquoi Solène n'est jamais venue te voir. Les déchets dans ton genre, on préfère quand ils sont loin. - Il voulait jouer le connard, très bien. Dans ce cas-là, elle jouera la garce, la salope comme Louis le dit si bien.


{i'm in love with the shape of you, we push and pull like a magnet do although my heart is falling too. i'm in love with your body}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Messages : 107
Date d'arrivée : 05/03/2017
© : dark dreams
Âge : 22
Études : en justice.
Sam 11 Mar - 14:48
- shape of you -
mathilde & louis
elle était forte. trop peut-être. elle avait raison. ça ne servait à rien de la menacer. d'autant plus que cette histoire était fausse. que des mythos. ça elle n'en savait rien évidemment. elle ne savait rien de toi, comme tu ne savais rien d'elle. t'avais pas envie de creuser. cette discussion prouvait qu'elle ne serait jamais une personne à qui tu pourrais faire confiance. une garce. une de plus. t'façon t'avais toujours le droit aux merdes de cette planète. les pestes, celles au caractère les plus merdique. ok. t'étais pas un cadeau non plus. mais son comportement, ses paroles t'avais pas envie de parler une minute de plus. près à capituler, jusqu'au moment, où elle évoque ta mère. puis solène. tu comprends pas trop ce qu'il se passe dans ta tête, alors que ton verre était toujours dans ta main, tu le serras. tellement fort. et quand enfin tu détournas ta tête pour te mettre dos à elle, le verre explosa entre tes mains avant que tu balances ce qu'il te restait dans le mur. ça t'avait niqué la main. ton sang se dérobait mais tu t'en fichais. tu ne dis pas un mot. t'avais pas envie. elle ne savait rien. elle ne pouvait pas comprendre. ton histoire entre solène et toi c'était compliqué. ta mère c'était également compliqué. forcément il était facile pour elle de t'attaquer sur ça, elle n'avait jamais connu la difficulté, petite princesse. argh. tu la détestais. il était hors de question que tu répondes, sinon ce n'était pas un verre que tu allais cassé mais des choses bien plus importante. tu quittes la pièce, marchant sur quelques bouts de verres au passage. tu grimaces. tu t'installes dans le canapé, délicatement tu t'occupes de tes pieds. rien de bien grave, comparais à ta main que tu n'osais utiliser. tu sors alors d'un tiroir une poche avec des pilules. t'en écrase quelques unes. t'avais l'air bien trop désespéré. elle t'avait battu à plate couture. tu soupires avant de renifler à l'aide d'un petit papier rouler la poudre que tu avais plus tôt écrasée. t'avais besoin d'oublier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Messages : 125
Date d'arrivée : 05/03/2017
© : nephilim. (av)
Âge : 21
Habitation : habite avec louis
Études : étude de droit (l3)
Sam 11 Mar - 18:33
- shape of you -
mathilde & louis
Elle avait gagné ce jeu. Elle avait réussi à le pousser à bout, elle avait excellé dans son rôle de garce. Avec une attitude pareille, elle était sûre que Louis ne creuserait pas. Tout Mathilde ne le ferait pas. C'était mieux comme ça, non ? Ils étaient trop différents, et puis les deux avaient leurs problèmes, trop même. Et pourtant, la Rosnay ne pouvait s'empêcher de penser qu'elle était allée trop loin, qu'elle avait trop joué. Mathilde ne comprit pas les minutes qui suivirent. Le verre explosa dans la main de Louis, et il jeta le reste contre le mur. Cet excès de violence fit sursauter la rousse alors que son cœur se mit à battre violemment jusqu'à lui faire mal. Elle resta quelques minutes, immobiles, choquée alors que Louis s'affala à nouveau dans le canapé. Ses poings se serrèrent, et sans réfléchir une seconde plus, Mathilde se dirigea dans sa chambre. Fouillant les placards, la Rosnay souffla de soulagement. Ses pilules étaient là, Mathilde en avait besoin. Au diable Louis et tout le reste. Ses pilules en mains, mais aussi des compresses et du désinfectant, elle alla dans le salon. Mathilde posa les compresses et le désinfectant sur la table basse puis se dirigea vers la cuisine. Mathilde prit son verre, une bouteille ainsi que ses cigarette. Jonglant avec toutes ses affaires, Mathilde sortit sur le balcon. Elle avait besoin d'air, de respirer, de digérer. Elle ouvrit la boite de pilules, et en prit deux. La française se servit de l'alcool qu'elle but d'une traite ainsi que ses médicaments. Mathilde avait besoin de se détendre. Or même son corps semblait vouloir lui rappeler à travers ses violemment tremblements. La Rosnay fixa sa main tremblante, signe de sa peur évidente. Jamais dans sa vie Mathilde n'a été confronté à une telle violence. Pas physique en tout cas. Mathilde a toujours été protégée. Certes, ses parents avaient leurs défauts, mais jamais ô grand jamais, les Rosnay ont levé la main sur leurs enfants. Se mordant la lèvre intérieure, la jeune femme soupira et prit une cigarette qu'elle alluma. Mathilde ne savait pas quoi faire, elle savait qu'elle devrait partir sur le champ. Mais pour aller où ? Perdue, c'était le mot qui la définissait parfaitement en ce moment-même. Cependant, la jeune femme prit une grande lampée de vodka, directement à la bouteille. Au pire, Mathilde peut se bourrer la gueule ce soir, et elle avisera demain. Ou alors, Mathilde pourrait appeler quelqu'un qui la sortirait de cet  appartement pourri. Peut-être même ses parents. Ils allaient la comprendre, non ? Mathilde renifla, en lançant un regard à Louis, à travers la vitre. Ouais, le meilleur programme pour l'instant était de se bourrer.


{i'm in love with the shape of you, we push and pull like a magnet do although my heart is falling too. i'm in love with your body}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Messages : 107
Date d'arrivée : 05/03/2017
© : dark dreams
Âge : 22
Études : en justice.
Sam 11 Mar - 20:39
- shape of you -
mathilde & louis
t'étais fatigué de tout. de mathilde. de solène. de ton père. de ta vie. pourtant t'avais essayé de survivre. mais cette vie n'était pas faîte pour toi. t'avais juste envie de saouler ce soir. juste envie de te droguer. de fumer. tout ça pour oublier. si seulement, t'avais pu vivre seul. si seulement tu n'avais pas copuler toute une nuit avec ta colocataire. si seulement, t'avais pas ces images qui te revenait sans cesse. si seulement tu ne la désirais pas à cet instant précis. si seulement t'avais pas envie de l'avoir à nouveau près de toi. si seulement, elle n'avait pas parlé de ça. de solène. de ta mère. alors tu n'aurais pas à faire tout ça. tu la vois partir. pour revenir quelques instant plus tard des trucs en main. elle pose des produits pour désinfecter et panser ta main sur la table. tu la regardes surpris. tu continues de suivre ces mouvements, elle alla sur le balcon. bouteille à la main. ce soir tout avait dérapé. à cause de toi. tu soupires. encore et encore. tu attrapes les produits avant de commencer à panser tes plais. t'étais un peu sonné à cause de la poudre mais tes esprits étaient toujours clairs. une fois terminée, tu te lèves et commences à te diriger vers le balcon. t'ouvres la porte-fenêtre et demandes : j'peux ? mais avant même que tu es une réponse, tu te places à ses côtés refermant derrière toi la porte. une main derrière la nuque, t'étais gêné. elle t'avait carrément mis KO. alors comme ça j'suis nul au lit ? tentative d'humour. tu lui attrapes la bouteille de vodka. voyons, elle n'allait pas quand même boire ça toute seule. un peu d'aide ne serait pas de refus. on peut recommencer si tu veux ? tentative de rapprochement. sûrement vaine. mais après tout, tu ne pouvais pas laisser la situation telle qu'elle était. après tout, c'était une des raison qui t'avait poussé à te séparer de solène. parce que tu voulais reconstruire un semblant de vie normale. tu ne pouvais pas laisser les événements te dérober jusqu'à en devenir nocif. tu ne pouvais pas faire comme avec solène. pas cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Messages : 125
Date d'arrivée : 05/03/2017
© : nephilim. (av)
Âge : 21
Habitation : habite avec louis
Études : étude de droit (l3)
Sam 11 Mar - 22:28
- shape of you -
mathilde & louis
Une seule petite réflexion, et tout avait dérapé tel une machine infernale. Mathilde voulait tout recommencer, ou bien tout simplement ne pas rentrer. Parfois, Mathilde ne se demandait pas si c'était plus simplement de tout lâcher. De ne plus écouter ses parents. Après tout, c'était la solution parfaite. Certes, elle n'aurait plus cette opulence, mais au moins, elle serait plus heureuse. Prenant une nouvelle gorgée de vodka, Mathilde observa Louis qui se pansait la main. Ça n'aurait jamais dû arrivée. Cette nuit, elle devait l'oublier. Parce que la démonstration de ce soir prouvait à Mathilde que Louis n'était pas fait pour elle. Pas fait pour avoir de relation. Et Mathilde non plus. La meilleure chose à faire était de s'éviter, de tout arrêter. Alors que Louis arriva lui aussi sur le balcon, Mathilde prit un nouvel antidépresseurs, tout en buvant à nouveau. Ouais, se bourrer la gueule, c'était plaisant lorsque t'es en plein drama. Il arrive, Louis, et il te demande s'il peut s'asseoir. Cependant, le Nevers semble ne pas se soucier de sa réponse. Mathilde soupire, elle n'était pas prête pour le deuxième round. Elle l'avait battu, ça se voyait à la gêne de Louis. Mais elle s'en fichait. Ses yeux fixaient le vide, même quand Louis tenta de faire de l'humour. Mathilde ne voulait pas l'entendre, il faisait comme si de rien était. Or les éclats de verre au sol prouvaient le contraire. La rousse se réveilla enfin lorsque Louis lui arracha la bouteille des mains. - Hé, tu peux pas me laisser me bourrer tranquille ? - soupira la Rosnay. Il se prenait pour qui ? Était-il débile au point de ne pas voir qu'elle avait besoin d'être seule ? Si l'envie de l'insulter ne manquait pas, Mathilde se retint. Il y avait déjà assez de dégât pour l'instant. Reprenant sa cigarette, Mathilde tira une longue taffe. Louis voulait recommencer à zéro, et Mathilde ne savait pas si elle voulait. Ce soir, leur dispute était digne d'un mauvais soap-opera (pathétique). Et Mathilde ne savait pas si elle était prête. Elle ne savait pas si elle voulait rester avec Louis, habiter ensemble alors que Mathilde ne cessait de penser à cette nuit. La Rosnay était perdue. - Ça va être compliqué. - souffla Mathilde, en fixant à nouveau les débris de verre. - Après le numéro de drama queen que tu m'as offert, j'sais pas si c'est une bonne idée. J'veux dire, regarde-nous, regarde jusqu'où c'est allé. - Mathilde était sincère. Cette dernière ne voulait pas s'attacher, pas à Louis. Elle n'avait pas envie de terminer comme sa mère, amoureuse transie au point de laisser tout passer. Au point de ne pas voir les défauts de l'autre, d'être aveugles. - J'peux essayer de trouver un endroit où squatter, ou retourner en France. J'veux dire, peut-être que je peux négocier avec nos parents pour annuler cette promesse stupide. Comme ça, on n'est pas obligé de se supporter. J'suis pas en droit pour rien. - Mathilde était tiraillée. D'un côté, la rousse ne voulait pas, Louis avait su réveiller quelque chose. Mais d'un autre, Mathilde ne savait pas si Louis le méritait. Si elle voulait d'un nouveau départ, et peut-être un début d'histoire. Parfois, la vie de Mathilde ressemblait beaucoup trop à un (stupide, pathétique) soap-opera.  


{i'm in love with the shape of you, we push and pull like a magnet do although my heart is falling too. i'm in love with your body}
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SORBBRIDGE  :: CITIES :: Cambridge of my heart :: Trinity Street-
Sauter vers: