OUVERTURE DE SORBBRIDGE

Viens écrire un petit mot sur le sujet Bazzart pour faire connaître ton amour pour SB -ou pas


N'hésite surtout pas à commenter cette première version over here. Un commentaire = un pet de lama puant.


vote pour ton lama squad préféré






 

RECRUTEMENT STAFF ICI ET ICI ET LA


 :: CITIES :: Cambridge of my heart :: Trinity Street Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

shape of you (mathouis)

Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Messages : 107
Date d'arrivée : 05/03/2017
© : dark dreams
Âge : 23
Études : en justice.
Dim 12 Mar - 18:49
- shape of you -
mathilde & louis
elle t'agaçait. T'avais fait le premier pas. Tu avais mis de côté ta fierté pour la rejoindre sur ce putain de balcon. Hé merde, même pas elle prenait pas à ta connerie. L'alcool la rendait trop sérieuse peut-être. Non fallait qu'elle râle, qu'elle soupire. Encore, encore et encore. C'était lassant. Tu pensais aux paroles de ton père. Tu ne pouvais pas gâcher ta pseudo relation avec la jeune femme, juste pour une histoire d'une nuit. Alors tu faisais des efforts. Puis bon, t'avais l'alcool drôle. Tu ne dis rien. Tu ne réponds rien à ces propos. Ouais, tu y étais allée un peu fort. Le bandage autour de ta main montrait tes capacités à exploser des verres rien qu'avec les forces. Considérons cela comme un talent et non comme un accès de colère non-maîtrisé, non !? Puis elle dit qu'elle veut partir. Peut-être cela serait mieux pour vous. Peut-être pourrais-tu plus facilement vivre sans elle ? Sans cette contrainte. Tu ne dis rien. Préférant le silence plutôt que des paroles vaines qui ne serviront à rien. Elle avait l'air d'avoir pris sa décision. Tu ne pouvais pas l'en dissuader. À quoi bon, même si tu avais envie qu'elle reste ici, elle ne te croirait pas. Puis cela serait trop nocif. Le seul mot qui sortie de ta bouche, c'était un simple : « ok ». Clair et nette. Une décision indésirée mais dont tu ne pouvais pas prétendre le contraire au risque de t'enfoncer dans les abîmes de sensations incontrôlée. Tu quittes le balcon. T'avais rien à faire ici. Puis de toute manière, elle ne voulait pas de toi. Tu décides d'aller ramasser les bouts de verre éparpillés sur le sol de la cuisine. Au moins t'auras fait ta bonne action de la journée. Tu t'installes sur une des chaises, autour de la table. Cigarette à la main. Le regard dans le vide. Le souffle glacé. Tout ça, ça te faisait chier. Tu commences à boire. Un verre. Puis deux. Trois. Quatre. Encore un. Tu ne les comptes plus. T'avais les yeux explosés, les pensées qui dérivaient constamment. Allant de Mathilde à Solène. De Solène à Maman. De Maman à Sophie. Elle avait tout fichu en l'air cette nana-là. Avec son fessier et son regard enjôleur. T'avais été pris au piège comme un con. Une garce, une peste. Petite princesse mal éduquée, qui s'amusait à ruiné la vie des plus fidèles. Tu te lèves. Le sol bouge. Fallait que tu agisses. Fallait pas que tu ruines ta vie à cause d'une fille. Merde, t'avais pas l'droit d'être malheureux. T'avais juste l'air d'une fillette, perdu dans les parfums de l'alcool. Tu montes les escaliers et tu toques à sa porte. T'en fous si elle dort, tu rentres quand même. La bouche pâteuse, le corps fébrile tu lâches : « ouais j'veux pas que tu partes, ok !? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Messages : 125
Date d'arrivée : 05/03/2017
© : nephilim. (av)
Âge : 21
Habitation : habite avec louis
Études : étude de droit (l3)
Lun 13 Mar - 21:07
- shape of you -
mathilde & louis
Mathilde et sa fierté, c'était un mythe. Seulement, ce n'était pas uniquement de la fierté. C'était de la peur. Peur d'être blessée, peur d'être aimé, peur de la violence de Louis. Parce qu'elle ne savait pas si c'était l'unique fois ou Louis se trouvait violent. Parce que c'était incertain entre eux. Cependant, Mathilde fut blessée par son silence, par son accord tacite. Mathilde savait que c'était pour le mieux, pour eux, pour Solène. Ça serait plus simple. La rousse pourrait oublier Louis, et Louis pourrait l'oublier, même si dans sa tête, le jeune homme n'en avait rien à faire d'elle. Mais malgré tout, ça faisait mal. Mathilde ne pouvait pas prétendre être amoureuse, mais il y avait quelque chose. Peut-être un truc malsain, trop dangereux, trop nocif. Secouant la tête, la Vaugiraud regarda le Nevers s'en aller, quitter le balcon. Le brun décida de ramasser les bouts de verre alors que la rouquine soupira. Mathilde se leva, rassemblant ses affaires, y compris son carnet de dessin et alla dans sa chambre. Fatiguée par la soirée, la jeune femme enfila rapidement un pyjama, tentant de trouver le courage d'appeler ses parents. Fixant son iPhone pendant quelques minutes, la Rosnay soupira, le posant sur sa table de nuit. Ça pouvait attendre, non ? Rapidement, Mathilde s'endormit, lessivée de cette journée. Seulement, Louis en décida autrement, entra dans sa chambre dans un grand fracas. Il était bourré, les yeux éclatés, fébrile.Et Mathilde comprit vite qu'il s'était bourré la gueule, plus que de raison. Et son cœur se serra, la Rosnay n'aimait pas le voir comme ça. Parce qu'il était pas méchant Louis, elle le savait. Le Never ne voulait pas qu'elle parte, et mine de rien, ça faisait plaisir. Encore un peu endormie, et trop fière peut-être, Mathilde se contenta de se frotter les yeux avant de s'éclaircir la gorge. La rousse se leva et approcha Louis. - Faut que t'ailles te coucher, et que tu boives beaucoup d'eau. - Mathilde lui tendit sa bouteille d'eau, et le forçat à s'asseoir sur le lit de la jeune femme. On aurait dit qu'il pouvait tombait à tous moment, et Mathilde se sentait responsable. - T'es vraiment sûr ? Tu veux que je reste ? Parce qu'on aurait dit que non - Sa voix était calme, posée et dénuée de tout sarcasme, faisant allusion a sa conversation ou plutôt dispute de tout à l'heure. Elle était sincère. Elle voulait comprendre, son attitude, son histoire. Louis, Mathilde voulait le connaître, lui et son histoire. Elle voulait creuser. Mais peut-être était-ce trop demandé. Mathilde amena ses genoux contre sa poitrine, en observant le jeune homme. - J'suis désolée, pour ce que j'ai dis à propos de ta mère et de Solène. - C'était un début, non ?


{i'm in love with the shape of you, we push and pull like a magnet do although my heart is falling too. i'm in love with your body}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Messages : 107
Date d'arrivée : 05/03/2017
© : dark dreams
Âge : 23
Études : en justice.
Mar 14 Mar - 20:07
- shape of you -
mathilde & louis
t'avais pas les pensées en place. tu t'en voulais d'avoir craqué à l'alcool mais une fois plongée t'avais pas pu te résigner. trop bon. indépendance refoulée. peut-être mais après ce soir, t'avais eu besoin d'oublier. comme d'habitude, la même excuse. tu t'en voulais d'avoir perdu le contrôle face à mathilde. elle ne s'était simplement pas faire. toi t'avais simplement été pris au piège par son petit jeu. énervé par l'idée qu'un autre homme ait pu voir son corps. parce que ouais ça te faisait chier. désormais dans sa chambre. tu l'avais réveillé. tu t'en voulais mais ses gestes envers toi, te plaisait. ouais tout comme les pansements qu'elle avait apporté pour toi quelques heures plus tôt. des actions qui te touchait. même si son ton était autoritaire, diable tu aimais qu'elle s'occupe de toi. un vrai gamin. t'avais pas toute ta tête mais ton esprit n'était pas encore partie. ouais tu voulais qu'elle reste. tu voulais pas qu'elle te délaisse et qu'elle te laisse dans le déluge d'une vie solitaire. ok, tu la méritais peut-être mais fallait pas qu'elle t'abandonne alors que tu essayais de reprendre ta vie en main. tu devais montrer à papa que tu valais la peine d'être sauvé. parce que papa, il avait confiance en toi au moins, tu ne pouvais pas le décevoir. si elle quittait cet appartement, si elle annulait ce contrat, il saura que c'était à cause de toi et papa il te laissera. comme maman. t'avais pas envie. j'veux que tu restes ouais. j'ferais des efforts. tu parlais avec détermination en dépit de ta bouche pâteuse. mine de rien, ça t'importait toute cette histoire. mais s'te plaît, ne dis plus que tu as couché avec des mecs ça me met hors de moi. un peu de jalousie. totalement et tu ne le cachais pas. de toute manière t'y arriverais pas. depuis qu'elle et toi aviez échangé votre intimité cette nuit-là, c'était différent. mathilde tu la voyais comme quelqu'un d'autres. t'arrivais pas vraiment à mettre des mots sur ça mais tu voulais qu'elle t'appartienne. puis elle s'excuse. tu la regardes. choqué. agréablement surpris. punaise. t'aurais jamais cru. tu soupires. j'l'ai mérité. ouais, enfin ça t'avais mis ko. au moins elle savait comment s'y prendre pour t'énerver. tu regardes alors sa chambre. tu n'y étais jamais réellement rentrée, ton regard était flou mais tu appréciais l'ambiance qui s'en dégageait. sans demander son autorisation, tu t'allonges sur son lit. il était confortable. peut-être n'appréciera-t-elle pas, quoique après tout ça ne serait pas la première fois que vous vous retrouviez dans le même lit. avant ces histoires ma mère et moi refaisions le monde le soir. j'avais des étoiles accrocher au plafond et on parlait d'astronomie. ouais ça m'passionnait. c'était notre truc à nous les étoiles. un aveu involontaire. une nostalgie difficile à caché. ça faisait du bien de repenser à ça. c'était dure mais c'était bon. si tu devais un jour passer ta vie avec elle, elle devait connaître un minimum ton histoire.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SORBBRIDGE  :: CITIES :: Cambridge of my heart :: Trinity Street-
Sauter vers: